1. Ce site utilise des cookies. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l'emploi que nous faisons des cookies. Learn More.

[Taverne] Légendes et Mythologie

Discussion dans 'Chercher des amis' démarrée par BA-Bluefeed, 21 novembre 2013.

Chère utilisatrice, cher utilisateur,

Nous vous informons que vous devez obligatoirement posséder un compte de jeu et vous connecter à celui-ci si vous souhaitez participer au forum. Nous nous réjouissons par avance de votre visite. „Vers le jeu“
  1. Lolita75

    Lolita75 Légende Vivante du Forum

    Bonjour toutes & tous


    [​IMG]

    LEGENDE HINDOUE

    Il y eut un temps où tous les hommes étaient des dieux. Mais ils abusèrent tellement de leur divinité que Brahma, le maître des dieux, décida de leur ôter le pouvoir divin et de le cacher à un endroit où il leur serait impossible de le retrouver. Le grand problème fut donc de lui trouver une cachette.

    Les dieux mineurs furent convoqués à un conseil et proposèrent : - "Enterrons la divinité de l'homme dans la terre." Mais Brahma répondit : - "Non, cela ne suffit pas, car l'homme creusera et la trouvera."
    - "Dans ce cas, jetons la divinité dans le plus profond des océans." Mais Brahma répondit à nouveau : - "Non, car tôt ou tard, l'homme explorera les océans et il est certain qu'un jour, il la trouvera et la remontera à la surface."

    Alors les dieux mineurs conclurent : - "Nous ne savons pas où la cacher, car il ne semble pas exister sur terre ou dans la mer d'endroit que l'homme ne puisse atteindre un jour."

    Alors Brahma dit : - "Voici ce que nous ferons de la divinité de l'homme : nous la cacherons au plus profond de lui-même, car c'est le seul endroit où il ne pensera jamais à la chercher."

    Depuis ce temps-là, conclut la légende, l'homme a fait le tour de la terre, il a exploré, escaladé, plongé et creusé, à la recherche de quelque chose qui se trouve en lui.


    Amicalement

    [​IMG]
     
  2. *Amitié*

    *Amitié* Légende Vivante du Forum

    bonjour

    Dès l’antiquité, les berbères avaient des croyances et idolâtraient des êtres imaginaires qu’ils identifiaient le plus souvent aux bouleversements climatiques ou aux reliefs. Nous retracerons les deux principaux dieux, "Antée" et "Atlas".

    1/ Antée :

    Connu également des grecs mais ayant son origine en berbèrie, Antée était pour les habitants de cette région du nord de l’Afrique, le dieu de la mer et de la terre. Fils de Poséidon, il était géant et s’attaquait à tous ceux qui venaient de loin, donc, étrangers aux lieux. Selon la légende Amazigh, il était invincible. Dès qu’il posait ses pieds sur le sol il devenait plus puissant encore. Toutefois il sera tué par un autre dieu, Hercule. Aidé par les dieux, ce dernier parviendra à le maintenir au dessus du sol et l’étouffa avec ses bras.

    L’origine d’Antée donc, n’est ni hellène ni égyptienne. Les artistes grecs de l’antiquité le présentaient sous les traits d’un libyen, les ancêtres berbères. Il portait une longue chevelure et avait une barbe en pointe et glabelle. Ces caractéristiques physiques étaient très répandues chez les populations berbères. Les dents de la mâchoire étaient plus visibles que celles de la partie inférieure qui étaient souvent cachées par la lèvre et qui étaient également en retrait. C’est sous ces profils qu’étaient présentés les souverains Amazigh tels que Massinissa, Jugurtha et les autres. Il est très utile de relever aussi qu’Antée possédait des pommettes saillantes et un menton très court.

    2/ Atlas :

    Fils de Japet et de l’Océanide Clymène, il appartient à la race des dieux antérieurs aux Olympiens grecs. Ayant participé à la guerre des dieux, il sera condamné par Zeus à soutenir les colonnes sur lesquelles repose le ciel. Cette légende est partie de la région orientale berbère du Maroc habitée encore par des chleuhs et des berbères, une région montagneuse qui porte le nom d’ "Atlas". Les anciennes populations berbères donnaient une image du dieu "Atlas". Elles disaient que celui-ci était étroit et rond de tous les cotés. Il était si haut qu’il était impossible de voir les sommets (tête et épaules) car les nuages ne s’en écarté jamais, ni en hiver, ni même en été. Les amazigh pensaient qu’Atlas était la colonne du ciel. Du milieu des sables s’élève une montagne vers le ciel, abrupte et rocailleuse et ce du coté ouest, vers l’océan qui portera plus tard son nom (océan Atlan-tique).

    Face à la terre ferme africaine, existait une île boisée et ombreuse qu’on appellera l’"Atlantide" et qui fut arrosée par des sources intarissables. Les populations qui y résidaient n’étaient pas visibles la journée et sortaient plutôt la nuit (afin probablement de mieux combattre les Amazones qui ne cessaient d’assiéger leur pays). L’Atlantide occupait une large superficie. Elle s’étalait des côtes occidentales marocaines jusqu’à l’entrée du détroit de Gibraltar. Quant à l’appellation des monts des atlas marocains, celle-ci possède un schéma de certains mots berbères trilitères avec l’initiale "A" comme Adrar qui signifie montagne, terme encore utilisé par tous les berbères d’Afrique.
     
  3. *Amitié*

    *Amitié* Légende Vivante du Forum

    bonjour bises

    qui ne connait pas la célèbre statue de Bruxelles (je ne mets pas de photo en cas de censure !)

    La légende de Manneken Pis.

    La statuette de bronze, réalisée au début du XVIIe siècle par Jérôme Duquesnoy et qui se trouve rue de l'Etuve, à l'angle de la rue du Chêne, non loin de la Grand-Place, fut appelée Manneken Pis. Manneken Pis, le plus ancien bourgeois de Bruxelles, incarne l'esprit bruxellois, frondeur et espiègle. La très célèbre statuette, haute d'à peine 60 cm, joui d'une réputation mondiale.

    Malgré des recherches précises et approfondies, on ne peut, aujourd'hui, déterminer avec exactitude l'origine de Manneken Pis. Un document datant du XIVe siècle fait mention d'une statuette en pierre qui se trouvait au même endroit et qui se nommait "Juliaenekensborre" ou fontaine du "Petit Julien". Cette fontaine approvisionnait les habitants du quartier en eau potable. En 1619, les autorités de la ville demandèrent à Jérôme Duquesnoy père de réaliser une statue en bronze. On y ajouta deux bassins et, en 1770, une niche en pierre bleue vint compléter l'ensemble.

    Manneken Pis fait partie intégrante de la vie de Bruxelles. Le plus ancien bourgeois de la ville a été le témoin des nombreux événements survenus depuis l'époque où Bruxelles n'était pas encore une ville mondiale jusqu'à aujourd'hui. Il est devenu un personnage fétiche: son petit air espiègle, nonchalant, coquin, fripon, symbolise parfaitement l'esprit moqueur et le sens de l'humour des Bruxellois.

    Les sources d'inspiration du Manneken Pis sont incertaines. A son propos, un grand nombre de légendes ont été racontées. Ainsi certains rapportent qu'une sorcière habitant à l'emplacement de la statuette aurait ensorcelé un enfant qui faisait pipi sur son trottoir et l'aurait condamné à répéter ce geste pendant plusieurs siècles. Pour alléger la peine du gamin, les Bruxellois décidèrent de le remplacer par une statuette en pierre.

    Une autre légende raconte que, lors de la bataille de Ransbeke (Neder-overHeembeek), en 1142, les soldats du duc de Basse-Lotharingie, Godefroid II, avaient pris comme mascotte le petit-fils du duc, âgé à peine de trois mois. et l'avaient suspendu à un chêne, dans son berceau. Selon la légende, le gamin aurait alors fait le geste qui l'a rendu célèbre.

    Une autre légende prétend encore que les troupes du duc, ayant remporté une victoire éclatante, auraient déterré le chêne qui se trouvait sur le champ de bataille et l'auraient planté, en signe de victoire, dans la ville. Plus tard, on aurait placé la fameuse statuette à côté du chêne.

    Certains prétendent que le gamin représenté est le fils d'un certain comte d'Hove, qui serait parti lors de la Première Croisade. Le gamin, âgé de cinq ans, aurait fait pipi sur le trottoir au moment où la procession du Saint Sacrement passait dans la rue. Depuis lors, sa statuette en bronze répète son geste frondeur.
     
  4. *Amitié*

    *Amitié* Légende Vivante du Forum

    Bonjour


    Légende du chasseur maudit

    [​IMG]

    Cette histoire se passe dans une ère sombre. Une période de terreur... Le monde était alors dominé par de sinistres repaires de brigands sans foi ni loi.

    Dans la région de Lacaune vivait Etbert d'Estouges. On disait qu'il était comte, mais il avait depuis longtemps abandonné toute idée de noblesse. C'était un bandit sanguinaire, qui se plaisait dans le vol, le meurtre et la désolation.
    On ne le connaissait plus que sous le nom de "Comte rouge".

    Mainte vieille décharné, maint père de famille avait succombé sous son glaive maculé de sang innocent, ou sous les coups des fieffés coquins qui lui servaient de compagnons.
    Les imprécations des victimes d'Etbert montaient jusqu'aux oreilles divines. Tant de crimes allaient-ils restaient impunis ? Ou la justice allait-elle enfin être rendue contre le diabolique bandit ?

    C'était le premier dimanche de l'Avent. Les premières neiges étaient tombées. Dans le vieux moustier, les pauvres paysans frigorifiés allaient chercher un peu de réconfort, au plus froid de l'hiver.

    Soudain, un bruit de cavalcade : c'est Etbert et ses hommes qui surgissent derrière un talus, au galop. Ils sont précédés par d'imposants molosses musculeux et écumants. En voyant les pauvres gens qui se rendaient à l'Eglise, Elbert partit d'un éclat de rire tonitruant, plein de mépris, et lança son destrier sombre comme la nuit vers la montagne...
    Le comte rouge partait à la chasse.

    Quelques minutes plus tard retentit un bruit tonitruant. Le tonnerre n'avait jamais frappé aussi fort, même au coeur de l'été. A la place d'Etbert et de ses chasseurs, comme volatilisés par un éclair, se tenait un énorme gouffre qui s'était ouvert comme par enchantement sous les sabots de leurs chevaux.

    Depuis, on raconte dans la région de Lacaune une étrange histoire. Si vous allez le premier dimanche de l'avent, près de l'Aven de Bassevergne, vous entendez distinctement les cris d'Etbert, de ses compagnons et de leurs chiens, condamnés à chasser une proie invisible, jusqu'à la consommation des siècles.
     
  5. CRYS*

    CRYS* Légende Vivante du Forum

    Bonsoir à toutes et tous,

    La légende d'halloween .

    Il y a plus de 2 500 ans, en Gaule, l'année se terminait à la fin de l'été, entre le 25 octobre et le 20 novembre, le 6ème jour de la lune montante. Les gaulois fêtaient alors la fin des moissons et priaient les dieux pour demander protection pendant l'hiver car ils craignaient que le dieu du soleil "BEEN" ne revienne pas.
    C'était aussi le jour des morts et des esprits. Le Dieu de la mort décidait, ce jour là, du destin dans l'au-delà des personnes décédés dans l'année et autorisait les morts à revenir parmi les vivants.
    Il y avait 4 grandes fêtes celtiques : IMBOLC (Fête du printemps en Février), BELTANE (Fête de l'été en Mai, voir aussi la légende du Roi Arthur), LUGNASAD (Fête de l'Automne en août) et SAMAIN (Fête de l'Hiver en novembre).
    La nuit du SAMAIN, les celtes avaient un rituel pour préparer l'année nouvelle. Ils éteignaient les feux des maisons et les Druides éteignaient le feu sacré puis le rallumaient à la nouvelle année pour marquer le renouveau et honorer le dieu du soleil, puis chaque habitant prenait une braise afin de rallumer l'âtre de leur maison et qui devait brûler toute l'année.
    Cette fête durait plusieurs jours et les festins se succèdaient. Le 1er jour, on fêtait les guerriers héroïques, le 2ème jour, les défunts puis les festivités continuaient.
    L'esprit des défunts de la tribu était accueilli autour de la table ou près du feu. Mais des esprits malveillants pouvaient aussi se mêler à la fête, aussi, les celtes se maquillaient et revêtaient des vêtements hideux pour les faire fuir.
    L'arrivée du Christianisme a modifiée cette tradition en France car les papes (en autre, Grégoire IV), ne voulant plus de fêtes païennes instaurent la toussaint, jour des morts. Les réjouissances disparaissent pour faire place au recueillement.
    Les peuples celtes d'Irlande et d'Ecosse perpétuent la pratique de la nuit du SAMAIN qui se déplace lors de la grande migration vers l'amérique en 1846. Le "All Hallows' day" pour la Toussaint, "All Hallows' Even" pour la nuit sainte qui précéde et devint Halloween bien plus tard. Ils emportent avec eux la légende de Jack O'Lantern..........
    [​IMG]

    Cordialement.
     
  6. **Arc-Ange**

    **Arc-Ange** Commandeur du Forum

    Hello,


    La légende du roi Gradlon et de la ville d' Ys


    [​IMG] [​IMG]

    Né en 330, mort en 405 après JC., Gradlon, 1er roi de Cornouaille, est un personnage légendaire, appelé aussi Gradlon le Grand. le roi Gradlon est une figure incontournable de la Cornouaille. Il est le fils aîné de Conan Meriadec par sa deuxième épouse, sainte Darerca.

    Gradlon régnait jadis sur la Cornouaille entouré de deux saints qui le conseillaient, le moine Guénolé, messager de Dieu, qui fonda le monastère de Landévennec en 440, et l’Hermite Corentin.

    Le Roi Gradlon possédait de nombreux bateaux pour faire la guerre à ses ennemis, dans des contrés lointaines où il faisait très froid.
    C'était un excellent marin et il gagnait souvent ses batailles, pillant alors les navires ennemis et remplissant ainsi ses coffres d'or et de trophees.

    Un jour, ses marins, fatigués de se battre dans ces pays froids, se rebellèrent.
    Comme beaucoup d'entre eux étaient morts durant l'hiver, ils décidèrent de regagner leurs navires et de mettre le cap vers la Bretagne, leur terre, pour y retrouver femmes et enfants et y vivre au calme.
    Le Roi Gradlon les laissa partir et se retrouva seul.

    Le Roi rencontra alors Malgven, une fée, reine du Nord.
    Elle dit au Roi Gradlon: "Je te connais, tu es courageux et adroit au combat. Mon mari est vieux, son épée est rouillée. Toi et moi allons le tuer. Ensuite, tu m’emmèneras dans ton pays de Cornouaille."
    Ils tuèrent le vieux roi du Nord, remplirent un coffre d'or et enfourchèrent Morvarc'h (cheval des mer), le cheval magique de Malgven. Le cheval galopa sur la crête des vagues et Gradlon et Malgven rejoignirent les bateaux du Roi dont l'équipage avait pris la fuite pour regagner la Cornouaille. Une violente tempête et un orage éclatèrent alors, éparpillant les bateaux sur l’océan.
    Gradlon et Malgven restèrent une année entière sur un bateau. Un jour, Malgven donna naissance a une fille, qu'ils appelèrent Dahut. Mais la Reine Malgven succomba à son accouchement. Le Roi Gradlon et sa fille Dahut rentrèrent alors en Cornouaille.

    Dahut aimait beaucoup la mer. Un jour, elle demanda a son père qu'il lui construise une ville au bord de la mer.
    Cette ville, située sur la baie de Douarnenez pour les uns, à quelques pas de la baie des Trépassés pour les autres, était protégée de la mer par des digues et des écluses dont le roi gardait la clé. On l'appela ville d'Ys.

    chaque soir, Les pêcheurs voyaient sur la plage la princesse Dahut qui chantait "Océan, bel Océan bleu, roule moi sur le sable, je suis ta fiancée".
    La ville d'Ys devint alors un endroit ou l'on s'amusait et la ville s'emplit de marins. Chaque jour voyait de nouveaux festins, des jeux, des danses.
    On mena alors dans la ville d'Ys une vie de débauche, mais le Roi restait le seul homme vertueux, ignorant tout cela.
    Chaque jour, la princesse Dahut, qui était la plus débauchée de tous, avait un nouvel amant. Elle lui mettait un masque noir sur le visage et ainsi, il restait avec elle jusqu'au matin. Au matin, ce masque se resserrait sur la gorge du jeune homme et l’étouffait. L'amant de Dahut était alors jeté à la mer.
    Un jour, sur la digue, Dahut rencontra un séduisant chevalier vêtu de rouge, qui la persuada de dérober les clés que son père conservait autour du cou. Profitant du sommeil du Roi, elle s'en empara et les remit au chevalier rouge qui n'était autre que le Diable.

    Une énorme vague, plus haute qu'une montagne, s'écroula sur Dahut. Elle dit à son père : "Père, vite, prenons le cheval Morvarc'h, la mer a renversé les digues". Le roi prit sa fille sur le cheval, la mer était déchaînée.
    Le Roi Gradlon entendit une voix qui allait de rocher en rocher et disait "Gradlon, lâche la princesse".
    C'était Saint Guénolé qui l'averti que Dieu, excédé par tant de débauche, a décidé d'en finir avec les habitants d'Ys, et que Gradlon n'aura la vie sauve qu'en sacrifiant sa fille. Gradlon rejeta sa fille à la mer, et échappa à la mer déchaînée.

    La mer engloutit alors la ville d'Ys, dont tous les habitants périrent noyés.
    Dahut aussi, périt noyée, et elle se changea, dit-on, en une sirène, Morgane, qui s'acharne toujours à perdre les marins.

    la merveilleuse cité d'Ys, bien qu'engloutie, ne semble pas totalement détruite. On raconte que les pêcheurs de Douarnenez, quand la mer est calme, ont bien des fois entendu sonner les cloches.

    Le cheval du roi repartit, bondissant sur les plages puis au travers des prés et des collines, galopant toute la nuit. Gradlon arriva enfin dans la ville où 2 rivières se rejoignent entre 7 collines. Il décida d'en faire sa capitale qu'il nomma Quimper. Il donna le château de Quimper à l’Hermite Corentin qui devint son évêque. A la mort du Roi, on sculpta sa statue dans du granit. Cette statue est aujourd'hui élevée entre les deux tours de la cathédrale Saint Corentin a Quimper. Elle représente le Roi, à cheval, regardant en direction de la ville disparue.
    Le fils de Gradlon, Salomon Ier, lui succéda, puis son petit-fils, Aldrien.

    Cette statue équestre du roi Gradlon se dresse toujours entre les flèches de la cathédrale de Quimper.
    Une ancienne coutume voulait que le 26 juillet de chaque année, un habitant de Quimper grimpe sur la statue. Assis en croupe derrière le roi, il devait lui attacher un linge autour du cou et lui présenter un verre à pied rempli de vin.
    Le volontaire buvait ensuite le vin mais essuyait les lèvres de la statue avec le linge. Puis il jetait le verre vide au public rassemblé sur la place, et si quelqu'un était capable de se saisir du verre au vol sans le casser, il se voyait gratifier de cent pièces d'or.
    On raconte que des conseillers, pour ménager les finances de la ville, auraient secrètement donné l'ordre de fragiliser le pied du verre au moyen de traits de scie invisibles.

    Bonne soirée!!!
     
  7. *Amitié*

    *Amitié* Légende Vivante du Forum

    bonjour


    la légende de Shéhérazade


    [​IMG]


    Origines des Mille et Une Nuits.

    De nombreuses recherches ont été menées afin de découvrir l’origine exacte de ces contes et ont permis de remettre au jour un écrit arabe ancien rédigé en 987, le Kitab al-Fihrist, qui mentionne l’existence d’un volume persan racontant l’histoire de Shahrâzâd (en français Shéhérazade), et qui est intitulé le Hezar Efsane (les Mille Contes).

    Malheureusement aucune trace de ces Mille Contes n’existe plus. Cette information est corroborée par le fait que Shahrâzâd et Shâhriyâr sont des noms persans, ainsi que le préfixe shah- qui signifie « Roi ».

    Cependant on peut retrouver au sein même des contes des éléments qui peuvent témoigner d’une origine bien plus lointaine et ancienne. Ainsi, les nombreuses métamorphoses animales et génies rencontrés dans les contes seraient des éléments typiquement indiens, et repousseraient la création des contes au IIIème siècle après Jésus-Christ. En effet, on retrouve ces éléments dans des ouvrages indiens de l’époque.

    Les contes seraient donc nés en Inde, se seraient transmis au fur et à mesure du temps par voie orale jusqu’en Perse, où le premier recueil, le Hezar Efsane, aurait été écrit.

    Ce recueil ainsi que la version orale des contes se serait ensuite propagé dans le monde arabe par les marchands, à qui ces histoires permettaient de briser la monotonie de leurs voyages.
    Au VIIIème siècle, des conteurs arabes ont traduit le Hezar Efsane et donc répandu les contes des Mille et Une Nuits dans le monde arabe, en les adaptant selon leur langue, leur culture, et leur religion.

    Les Contes de Mille et Une Nuits reposent avant tout sur l’histoire de Shahrâzâd. Elle vit dans un royaume d’Inde où le roi, Shâhriyâr, a été trahi par son épouse qui l’a trompé avec l’un de ses esclaves. Pour se venger, il lui fait couper la tête, et se jure d’épouser une femme chaque jour, la tuant au matin suivant pour se garder de toute trahison.

    Cela dure plus de deux ans et Shahrâzâd, alarmée par ces horreurs, demande à son père le Grand Vizir de lui permettre d’épouser le roi pour faire cesser le massacre, car elle a un stratagème dans la tête…Le soir de son mariage, elle demande au roi l’autorisation de lui raconter une histoire, pour faire passer plus agréablement les heures avant la mort.

    Et commence alors une série de mille et une nuits, où, grâce à ses talents de conteuse, Shahrâzâd réussit à échapper à la mort, en laissant le roi « sur sa faim » chaque matin. En effet, Shahrâzâd ne termine jamais ses contes avant l’aube, et le roi l’épargne donc pour en connaître la suite le soir suivant.
     
  8. Lolita75

    Lolita75 Légende Vivante du Forum

    Bonjour les amies/is bisous


    Je profite que nous voyageons dans le Lot, pour vous mettre une petite légende sur le magnifique pont Valentré


    La légende du pont Valentré

    Un diablotin en train de desceller la pierre.


    [​IMG]


    La construction en s'éternisant sur plus d'un demi-siècle (le pont a été commencé en 1308 et achevé en 1378), fit naître la légende que chaque cadurcien se plaît à raconter.

    Exaspéré par la lenteur des travaux, le maître d'œuvre signe un pacte avec le Diable. Selon les termes de ce contrat, Satan mettra tout son savoir-faire au service de la construction, et s'il exécute tous ses ordres, il lui abandonnera son âme en paiement.

    Le pont s'élève avec rapidité, les travaux s'achèvent, le contrat arrive à son terme.

    Pour sauver son âme, car il ne tient pas à finir ses jours en enfer, il demande au diable d'aller chercher de l'eau à la source des Chartreux, pour ses ouvriers, avec un crible.

    Satan revint naturellement bredouille, l'exercice étant impossible, et perdit son marché. Décidé à se venger, le Diable envoya chaque nuit un diablotin pour desceller la dernière pierre de la tour centrale, dite Tour du Diable, remise en place la veille par les maçons.

    En 1879, lors de la restauration du pont, l'architecte Paul Gout fait apposer dans l'emplacement vide, une pierre sculptée à l'effigie d'un diablotin. Ainsi à chaque fois que le Diable vérifie si le pont est bien inachevé, il se fourvoie en pensant que c'est l'un des siens qui démantèle le pont.


    Amicalement

    [​IMG]

     
  9. *Amitié*

    *Amitié* Légende Vivante du Forum

    bonjour bises


    [​IMG]

    Légende Aztèque

    Comme tous les peuples, les aztèques se sentaient obligés d'expliquer les phénomènes importants qui se produisaient dans leur environnement, à commencer par leurs origines et leur place dans l'univers. Ils inventèrent des récits de leur cosmos pour les aider à déterminer ce qui était important.

    Ces croyances formèrent la trame de leur religion. Pour les anciens peuples de Méso-Amérique, ces récits que nous considérons comme des "mythes" avaient la même fonction que la science et/ou la religion chrétienne dans la société occidentale d'aujourd'hui, et que toute religion ou tout système de croyances dans n'importe quelle partie du monde: ils donnaient à la vie une structure conceptuelle permettant de comprendre les mystères de l'univers.

    Personne ne sait exactement combien de dieux adoraient les Aztèques, peuple très religieux, qui s'établit à Tenochtitlan dans l'actuelle zone de Mexico. Outre leurs propres dieux, les Aztèques adoptèrent toutes les divinités des peuples conquis. Pour certains phénomènes, il existait plusieurs dieux similaires dont les attributions nous sont encore très mal connues.

    Ces dieux, innombrables, monstrueux dans leur représentation, grands amateurs de sang, heurtèrent la sensibilité et la foi des Conquistadores qui s'acharnèrent à détruire, et à brûler toute trace du passé précolombien. A lui seul l'archevêque Juan de Zumarraga fit brûler ou détruire des dizaines de milliers d'œuvres d'art et de précieux Codex.

    La religion pénétrait quasiment dans chaque aspect de la vie méso-américaine, et la cosmologie était indissociable des concepts religieux. Dès l'époque primitive, les thèmes religieux acquirent une grande importance, le symbolisme rituel se manifestant à travers l'art et l'architecture. Les premières expressions physiques de pratiques religieuses apparurent chez les Olmèques du centre-sud de la côte du Golfe, puis peu après dans le centre et le sud des terres montagneuses. Il y avait des centres de cérémonie à l'architecture élaborée, toutes sortes de figurines et de symboles sur poterie, et des stèles de pierre gravées. On ne connaît pas précisément la nature du culte pratiqué dans ces premières enceintes cérémonielles, mais on y a identifié de nombreuses divinités.

    La religion méso-américaine se décompose en plusieurs thèmes, exposés en détail dans les pages et les entrées alphabétiques de cette section. Citons notamment le concept de dualité; la mort et l'au-delà; un panthéon de dieux et de déesses présentant des caractères, des fonctions et des manifestations différents selon les occasions ; les sacrifices (animaux, humains et auto-immolations); le caractère cyclique du temps; et le développement des épisodes de la création.
     
  10. Lolita75

    Lolita75 Légende Vivante du Forum

    Bonjour toutes & tous


    Les Korrigans


    [​IMG]


    Le Korrigan est issu du folklore breton, une sorte de gnome ou lutin farfelu. Le mot korrigan signifie "petit nain", du breton korr = nain, suivi du diminutif ig et du suffixe an, avec le pluriel breton ed = Korriganed. On les appelle aussi Poulpikets, Kornandons ou Ozégans.
    Les Korrigans sont les gardiens des trésors des collines.
    Ils sont extrêmement riches, mais aussi incroyablement avares.
    La légende leur donne des capacités d'alchimistes, ce qui expliquerait leur richesse.

    Ces lutins sont des esprits prenant l'apparence de nains dans la légende celtique et plus particulièrement bretonne.
    Parfois bienveillants ou malveillants, on les décrit ayant une magnifique chevelure et des yeux rouges lumineux pour ensorceler les mortels, ou comme petits, noirs et velus, coiffés de chapeaux plats avec des rubans de velours, voire même possédant une grosse tête fort laide et très ridée.
    Ils hantent surtout les sources et les fontaines.

    Peu actifs en hiver, une légende bretonne raconte qu'à l'arrivée des beaux jours, ils appellent les mortels à la tombée de la nuit pour les faire venir autour d'un feu où dansent des korrigans.
    Ce rituel leur permet d'augmenter la puissance de certains de leurs pouvoirs. Si le mortel invité se joint à leur danse, il se fait entrainer dans un piège où il finit tué ou envoyé dans une caverne souterraine.
    Car les Korrigans naissent et meurent sous terre.

    Au Moyen Âge, les Korrigans seraient les auteurs des ronds de sorcières que l'on trouvait parfois sur les prés ou dans les sous-bois ; ils danseraient autour de ce cercle à la tombée du jour.
    Ils symbolisent aussi la résistance de la Bretagne à la christianisation et on leur prête alors des facéties nocturnes à proximité des églises, prenant surtout les prêtres comme cibles.
    D'autres légendes racontent qu'ils ne sont pas méchants mais seulement espiègles.

    Ils s'amusent et jouent des tours pendables à tous ceux qui leur manquent de respect et qui les dérangent. Ils proposent des défis qui, s'ils sont réussis, donnent le droit à un voeu mais qui peuvent, en cas d'échec, se transformer en pièges mortels menant tout droit en enfer ou dans une prison sous terre sans espoir de délivrance.
    Quant à ceux qui les traitent comme il convient, ils leur témoignent leur bienveillance et leur rendent beaucoup de services. Ils sont dotés d'une force extraordinaire.

    On prétend que durant la nuit du 31 octobre, ils sévissent à proximité des dolmens, prêts à entraîner leurs victimes dans leur monde souterrain pour venger les morts des sévices des vivants. Cette tradition les rattache à celle d'Halloween, à l'origine fête de Samain ; ce nouvel an celtique est devenu au fil des siècles et des religions la fête que nous connaissons aujourd'hui.


    Amicalement

    [​IMG]

     
  11. *Amitié*

    *Amitié* Légende Vivante du Forum

    bonjour

    contes et légendes – L’étoile polaire d’or (légende mongole)
    (d’après D. Altangherel, Mongol ardiin ülger domguud)


    [​IMG]

    Il était une fois, il y a très, très longtemps, un roi avait une fille qui n’avait jamais été autorisée à sortir. Elle vivait uniquement dans le palais royal.
    Quand elle eut atteint sa 25ème année, elle demanda la permission de sortir, et le roi la lui accorda.

    Un jour qu’elle se promenait dans le jardin, Khan Gharid (Garuda, l’oiseau mythique), le seigneur des animaux à plumes, l’enleva. Le roi convoqua aussitôt tous les sages de son royaume et leur demanda s’il existait quelque devin qui fût capable de lui dire où se trouvait la princesse qu’il avait perdue. Les sages lui répondirent qu’ils connaissaient un homme, père de huit fils, qui pourrait trouver sa fille et la lui ramener. Le roi ordonna donc qu’on fît venir ce vieil homme.

    Celui-ci arriva avec ses huit fils et, après avoir entendu la requête du roi, dit à ses fils :

    « Le roi a perdu la princesse, sa fille. Pouvez-vous la retrouver ? »
    Tous les huit fils répondirent que oui, et le roi déclara :
    « Si vos fils me ramènent ma fille, l’aîné d’entre eux pourra l’épouser, et les sept autres deviendront les fonctionnaires de mon royaume ».

    Le roi demanda alors aux fils quelles sortes de talents ils possédaient.
    Les frères lui répondirent :

    1) Je sais tirer avec précision, j’atteins toutes les cibles
    2) C’est moi qui cours le plus vite
    3) C’est moi qui vois les choses du plus loin
    4) C’est moi qui sens le mieux et sais reconnaître les choses
    5) Moi, je suis capable d’avaler l’air
    6) Moi, je suis capable d’engloutir les océans
    7) Moi, je peux faire tenir en place le soleil et la lune
    8) Et moi, je peux attraper les choses à distance, dit enfin le plus jeune frère.
    Le roi leur donna l’ordre de retrouver la princesse.

    En premier lieu, le 4ème fil du vieil homme sentit le sol du jardin et déclara que c’était Khan Garid qui l’avait enlevée.

    Puis, le 3ème fils vit Khan Garid en train de l’enlever, en sorte que le fils aîné tira sur lui et que le 5ème fils avala l’air qui les contenait, lui et la princesse, avant qu’ils ne tombent dans l’eau que le 6ème fils engloutit.

    Sur ces entrefaites, tandis que le 2ème fils courait vers eux parce que le soleil s’apprêtait à se coucher, le 7ème frère maintint le soleil en place et le plus jeune des huit frères attrapa la princesse, sur le dos de Khan Garid.

    C’est ainsi que tous les frères ensemble ramenèrent la princesse au roi.
    Celui-ci en fut très heureux et autorisa l’aîné des frères à épouser sa fille.
    Mais celui-ci répliqua qu’il ne voulait pas devenir roi, ni aucun de ses frères.

    Il demanda à son père, le vieil homme, de tirer une flèche en l’air et que celui des huit frères qui l’attraperait, recevrait une flèche d’or.
    Ce fut le plus jeune des frères qui l’attrapa…

    Ainsi donc, au lieu d’épouser la princesse, il devint l’étoile d’or (l’étoile polaire) et ses frères, au lieu de devenir fonctionnaires, devinrent les étoiles des 7 bouddhas (la grande ourse).

    C’est pourquoi l’on dit en Mongolie que les étoiles des 7 bouddhas sont les 7 frères, allant rendre visite à leur frère cadet, l’étoile d’or.
     
  12. Lolita75

    Lolita75 Légende Vivante du Forum

    Bonjour toutes & tous

    Avignon Pont St Bénezet


    [​IMG]


    La légende de saint Bénezet

    "Bénezet, prend ta houlette et descends jusqu'en Avignon, la capitale du bord de l'eau : tu parleras aux habitants et tu leur diras qu'il faut construire un pont"

    Un jeune berger, du nom de Bénezet, descendit en 1177 des montagnes de l'Ardèche. Il se disait envoyé par Dieu pour construire un pont à Avignon. Au début, on le prit pour un fou, mais il avait entendu une voix venue du ciel lui dictant sa mission...

    Raillé par les Avignonnais, le berger est mis au défi par le prélat de charger une pierre énorme sur ses épaules et de la jeter dans le Rhône.

    Bénezet n'hésite pas un instant, et sous le regard de la foule ébahie, soulève le bloc de pierre avant de le jeter dans l'eau, aidé dit-on par une intervention divine, et même par des anges baignés d'une lumière dorée.

    [​IMG]

    Cette belle légende de Saint Bénezet est passée dans la ferveur populaire, car la construction du pont a représenté un défi aux éléments.


    Amicalement

    [​IMG]

     
  13. Xx..Hope..Xx

    Xx..Hope..Xx Fondu du Forum

    Bonjour tout le monde


    [​IMG]


    L’énigme du rayon vert de la cathédrale de Strasbourg

    Deux fois par an, la cathédrale est le théâtre d’un événement mystérieux : le rayon vert. À 11h38 lors de l’équinoxe de printemps, fin mars, et à 12h24 lors de l’équinoxe d’automne, fin septembre, le soleil traverse le pied de verre d’une représentation du patriarche Juda et projette une lumière verte sur la chaire, précisément au-dessus de la tête d’une statue du Christ.

    Il a fallu attendre le nettoyage du vitrail en 1972 pour que l’ingénieur-géomètre Maurice Rosart découvre le phénomène.

    Le vitrail miraculeux avait pourtant été installé un siècle plus tôt. Aucune trace d’une intention des auteurs n’a jamais été trouvée et ce mystère a alimenté des interprétations ésotériques.

    Pour Maurice Rosart, le dessin de Juda, pointant du doigt son pied gauche découvert en regardant le soleil traduit avec évidence la volonté des auteurs d’attirer l’attention sur le rayon vert




    @+
    :)
     
  14. *Amitié*

    *Amitié* Légende Vivante du Forum

    bonjour


    Sîmorgh : Oiseau légendaire du Shâhnâmeh


    [​IMG]

    Animal de légende et figure centrale du Shâhnâmeh de Ferdowsi, le Sîmorgh est un oiseau mythique que l’on retrouve à différentes périodes de l’histoire de la Perse, ainsi que dans de nombreux récits mystiques, même si sa forme et sa fonction ont subi certaines transformations au cours des siècles. Des grandes figures mystiques telles que ’Attâr, Avicenne ou Sohrawardî lui ont réservé une place de choix dans leurs récits initiatiques. Il peut également être rapproché de certains oiseaux fabuleux présents dans les cultures asiatiques et bouddhiques, et partage de nombreux traits communs avec le Phénix de la mythologie égyptienne et repris par la tradition chrétienne. Aujourd’hui, il demeure une source d’inspiration pour de nombreux écrivains et artistes, démontrant ainsi le caractère inépuisable de ses significations et son rôle central en tant que support d’une réflexion philosophique concernant la nature même de l’homme.

    [​IMG]

    Le Sîmorgh a été maintes fois comparé à d’autres oiseaux fabuleux présents dans les cultes ou traditions de nombreuses civilisations tels que le Fenghuang chinois, le Zhar-ptitsa russe, le Ghoghnus arabe, ou le Homa persan. Cependant, c’est du Phénix, oiseau fabuleux doté d’une grande longévité et qui doit d’abord se consumer pour pouvoir ensuite renaître de ses cendres, qu’il a le plus été rapproché. A l’instar du Sîmorgh, il symbolise une nouvelle résurrection par la mort et a souvent été identifié à la colombe de l’Esprit saint, symbole de l’intelligence agente ou du guide intérieur. Même si ces deux créatures ne peuvent être totalement assimilées l’une à l’autre, la présence de traits communs rendent néanmoins possibles certaines comparaisons particulièrement enrichissantes pour le domaine de la mystique comparée.
     
  15. *Amitié*

    *Amitié* Légende Vivante du Forum

    bonjour


    [​IMG]

    La légende de la Saint-Valentin !

    Il était une fois, dans la ville de Terni, en Italie, un bon évêque qui avait pour nom Valentin. Malgré l'interdiction dont était frappé le christianisme par l'Empire Romain, notre évêque exerçait ouvertement son ministère et n'hésitait jamais à dépanner les personnes dans le besoin.

    Un jour, l'Empereur apprit la chose et fou de rage, il le fit emprisonner. Valentin avait domestiqué un pigeon et celui-ci lui était fidèle comme un chien. Notre oiseau n'eut de cesse jusqu'à ce qu'il trouve la fenêtre de la cellule où était emprisonné l'évêque.

    Chaque jour, il visitait son maître et lui apportait des pétales de violettes que Valentin façonnait en forme de coeur. Dans ces coeurs, il mettait des messages à l'intention de ses amis et il les attachait ensuite après son pigeon qui s'empressait d'aller leur porter.

    C'est ainsi qu'est née l'expression "envoyer un Valentin". :)
     
  16. CRYS*

    CRYS* Légende Vivante du Forum

    Bonjour à toutes et tous ;)

    La légende de la fée Morgane

    Et si vous êtes chanceux et que les conditions atmosphériques particulières nécéssaires sont réunies (mer très calme, ciel clair et parfaitement dégagé) vous pourrez peut être assister à cette illusion d’optique.

    Dans ce bref laps de temps, l’image des édifices, des arbres et des collines de la côte sicilienne de Messine seraient comme soulevée dans les airs, affleureraient l’eau du détroit et donneraient cette impression incroyable de rapprochement et de netteté entre la Calabre et la Sicile, qui ne sont en fait situées qu’à quelques kilomètres l’une de l’autre.
    [​IMG]
    Apparition de la fée Morgane (c)Cannitello.com

    D’après les scientifiques, ce phénomène serait dû " à des variations de l’indice de réfraction des strates horizontales de l’atmosphère "...
    Comprenne qui veut !!! Pour ma part, je m’en tiendrai à la légende, plus simple et surtout plus fantasmatique...
    Morgane était une magicienne, soeur du roi Artù (dont les pouvoirs se manifestaient à travers des mirages) qui, après avoir conduit ce dernier au pied de l’Etna, ne quitta plus la Sicile où elle avait accosté avec son navire. Elle s’établit entre l’Etna et le détroit de Messine, là où les marins n’osaient s’aventurer en raison de fortes tempêtes et se construisit un palais de cristal.

    Une légende sicilienne raconte qu’à l’époque des invasions barbares dans le sud, une horde de ces " conquistadors ", après avoir traversés toute la péninsule, débarquèrent sur les côtes sicilienne du détroit de Messine. Un jour de l’an 1060, Ruggero II le Normand, se promenait seul sur une plage de Calabre et méditait sur la meilleure façon de conquérir cette île occupée par les Arabes.

    Malheureusement, il ne possédait même pas une barque pour traverser la mer et cette situation le plongeait dans un profond désespoir. Une magicienne ressentit sa détresse et, prise de compassion, décida de lui venir en aide.

    C’était un après-midi de septembre, le ciel et la mer étaient d’un calme plat, il n’y avait pas un souffle de vent et une légère brume voilait l’horizon. La magicienne lui apparut et lui dit de regarder à ses pieds. Il vit alors, aussi clairement que s’il pouvait les toucher de la main, les montagnes de l’île couvertes d’oliviers, d’orangers et de citronniers, le port de Messine et même les marins chargeant les marchandises. Dans un cri de joie, le roi sauta alors à bas de sa monture, tombant ainsi dans l’eau, l’enchantement se rompit et entraîné par le poids de son armure, il se noya.

    Cordialement.
     
  17. *Amitié*

    *Amitié* Légende Vivante du Forum

    bonjour bises aux filles

    [​IMG]

    Légende de l'Ours de l'abbaye d'Andlau

    L'abbaye d'Andlau, près de Barr en Alsace, doit, d'après la légende, son origine, vers (887) aux indications d'un ours, l'Impératrice Richarde, femme de Charles le Gros, voulait fonder un monastère de chanoinesses pour les filles de la noblesse de l'époque. Ayant prié sur le tombeau de Sainte Odile, elle eût une vision qui l'engageait à bâtir son monastère à l'endroit où elle verrait une Ourse avec ses petits.

    La légende indique qu'un jour où l'impératrice se promenait au bord du ruisseau de l'Andlau, elle vit un ours qui creusait une fosse dans la terre. La légende dit que c'était pour enterrer un ourson mort. Richarde décida d'ériger l'abbaye à cet endroit. En souvenir de l'origine du monastère, on entretenait ensuite dans l'enclos de l'abbaye un ou plusieurs ours. Chaque boulanger qui venait vendre du pain sur le marché de la ville était tenu de donner, chaque semaine, un pain pour nourrir l'animal. A la suite d'un accident où un enfant aurait été dévoré par l'un d'eux, les animaux furent remplacés par un ours sculpté en grès plus inoffensif.

    A l'heure actuelle, cet statue d'ours a été déposée dans la crypte de l'abbaye qui est située sur le trou supposé, creusé par l'animal. De nombreuses sculptures, d'époques diverses, rappellent l'ours. La plus ancienne (1140) est certainement celle représentant un chevalier bravant un ours de l'épée qui se trouve sur une frise située sur un des murs de l'ancienne abbaye. L'édifice fut en partie reconstruit au (XVIIème siècle), on y retrouve tous les styles. D'époque Romane sont la crypte, le porche et les sculptures.
     
  18. Xx..Hope..Xx

    Xx..Hope..Xx Fondu du Forum

    Bonjour tout le monde


    - L'énigme des cavernes de Dénezé-sous-Doué :

    [​IMG]

    Dénezé Sous-Doué, un coin de campagne à quelques kilomètres d'Angers. Un endroit paisible et silencieux, mais dans les entrailles du village, un mystérieux souterrain trouble cette apparente tranquillité. Une énigme de l'histoire...

    Nous sommes en 1740, Mathieu Chastelain, le curé du village, se promènent tranquillement dans son jardin quand le sol se dérobe sous ses pieds. Il tombe dans une cave où d'étranges statues sont sculptées dans les murs. À l'époque, la découverte effraie les gens et l'évêque d'Angers ordonne le remblaiement immédiat de la cave. Et on entend plus parler de la cave jusqu'à ce jour de 1950, où les enfants du village retrouvent par hasard le passage souterrain

    Cette fois-ci, la découverte ne va pas rester vaine. Les fouilles sont entreprises, la communauté scientifique se mobilise, les archéologues déploient les grands moyens pour tenter d'authentifier l'origine des sculptures. Au total, plus de 300 créatures disgracieuses sculptées sur les parois sont découvertes. Les spécialistes espèrent percer le secret de cette œuvre unique en Occident. Les sculptures seraient-elles de simples œuvres païennes ? Le fruit de rites secrets ou un sanctuaire miraculeux, et de quand datent-elles ?

    "Ce qui a permis la dotation, ce sont les personnages, les costumes. Vu ces éléments, on pense que les sculpteurs se trouvaient dans ce lieu au début du XVIe siècle. Mais nous ne pouvons rien affirmer", Chritiane Lefeuvre, Conservateur. Durant les fouilles, les chercheurs sont en quête du moindre indice. On découvre un bélier, l'emblème des bâtisseurs. On devine un visage indien, on recherche désespérément une inscription une signature. Mais on ne trouve rien.

    Qui a pu donc réaliser cette incroyable fresque ? "Il y a différents styles, ce qui nous permet de dire qu'il y a eu plusieurs sculpteurs. Peut-être un maître, quelques élèves... Qui étaient-ils ? Ça c'est un mystère", Chritiane Lefeuvre. Alors pourquoi ce 300 statues ont été sculptées ? "C'est très païen, c'est satirique. Ça représente une satire politique ou religieuse. C'est de l'art contestataire. Ces gens se sont défoulés dans la pierre.

    Cette cave est unique, d'ailleurs nous n'avons pas retrouvé une telle densité de sculptures réalisées sous terre, aussi bien en France qu'en Europe. Peut-être découvrirons-nous des indices lors de prochaines fouilles", Chritiane Lefeuvre. C'est ce que tout le monde attend avec impatience pour peut-être découvrir d'autres secrets élevés enfin le voile sur le mystère de Dénezé Sous-Doué.

    @+ :)
     
  19. CRYS*

    CRYS* Légende Vivante du Forum

    Bonjour à toutes et tous ;)

    le mythe de Eurytion
    [​IMG]

    Un pasteur

    Eurytion était le pasteur des bœufs de Géryon. Il fut tué par Hercule.

    Un Centaure

    Eurytion est un Centaure, qui voulut enlever la fiancée de Pirithoüs, ce qui donna lieu au fameux combat entre les Centaures et les Lapithes.

    Un autre Centaure

    Eurytion est un Centaure tué par Hercule pour avoir voulu enlever Déjanire.

    Un Argonaute

    Eurytion est le fils d'Irus et de Démonassa. Il est l'un des Argonautes. On le fait aussi fils d'Actor.

    Un habile archer

    Eurytion était un habile archer. Il était le fils de Lycaon. Il marchait à la suite d'Énée, avec son frère Pandarus.

    Cordialement.
     
  20. Xx..Hope..Xx

    Xx..Hope..Xx Fondu du Forum

    Bonjour tout le monde


    Le comte immortel de Saint-Germain

    [​IMG]

    Très apprécié du roi Louis XV, le comte de Saint-Germain est un personnage énigmatique de l'histoire de France. Baroudeur polyglotte et très fortuné, on ne sait toujours pas comment il a pu amasser tant de richesses.

    Il aurait été une sorte de chimiste, fabriquant des cosmétiques et des pierres précieuses, mais personne n'a jamais su quelle était sa véritable activité.

    L'un des mystères qui entourent également son existence est son âge, qu'il dit lui même ne pas connaître. Des témoignages de l'époque racontent l'avoir rencontré à 50 ans d'intervalle le physique inchangé.

    A propos d'une histoire qu'il raconte, un domestique lui aurait répondu un jour : "Je n'en ai pas connaissance, Monsieur le Comte oublie qu'il n'y a que 500 ans que j'ai l'honneur de vous servir".

    @+ :)
     

Partager cette page