1. Ce site utilise des cookies. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l'emploi que nous faisons des cookies. Learn More.

LE BOUTON...

Discussion dans 'Histoires des fermiers' démarrée par NEVERENDING, 4 janvier 2019.

Chère utilisatrice, cher utilisateur,

Nous vous informons que vous devez obligatoirement posséder un compte de jeu et vous connecter à celui-ci si vous souhaitez participer au forum. Nous nous réjouissons par avance de votre visite. „Vers le jeu“
  1. NEVERENDING

    NEVERENDING Apprenti du Forum

    Sans prétention. Juste pour dire...

    Le bouton

    Un garçon se plaignait,
    Pleurait et gémissait .
    Qu'ai-je donc fait au ciel ?
    Quel délit démentiel ?
    A permit de faire naître
    Ce bouton disgracieux
    Qui dénature mon être
    Comme un malin vicieux.

    J'aurais pu espérer
    Qu'il veuille bien errer
    En un tout autre endroit ;
    Par exemple la fesse gauche ;
    Ce fut moins maladroit.
    Mais là... Comme l'ébauche
    D'un horrible furoncle
    Accroché à mon nez
    Telle ma tante à mon oncle...
    Ce mal va me miner.

    J'avais un rendez-vous
    Avec ma douce et tendre.
    J'étais, je vous l'avoue,
    Un peu anxieux d'attendre.
    Qu'allait-elle supputer ?
    Pourrait-elle supporter
    De voir sur ma figure
    L'atroce purulence ?
    J'imaginais l'augure ;
    Allô ! Une ambulance !

    Elle éclata de rire...
    Allons ! Ce n'est pas grave !
    N'en fait pas un délire !
    Regarde, je reste brave !
    Ton bouton séchera ;
    Ton teint retrouvera...
    Par contre, mon chaton,
    Ce que j'ai dans le ventre,
    Ce n'est pas un bouton.
    Du monde, tu n'es plus l'centre.
    Ça ne séchera pas.
    Et te voilà papa.
     
  2. NEVERENDING

    NEVERENDING Apprenti du Forum

    Pour celui-ci, j'ai un doute...

    Le mièvre et la tordue

    Un p'tit gars déclamait
    A sa belle sa flamme
    Mais il y avait un mais
    Qui tourmentait son âme

    La mie était câline
    Mignonne teint d'opaline
    Cependant la bougresse
    Avait le feu aux fesses

    Elle rêvait d'orgies
    Lui, il avait rougi
    Elle pensait performances
    Lui manquait d'assurance

    Elle, un petit canard
    Lui tranquille au plumard
    L'affaire , bien sûr, échoua
    C'était inévitable

    Enfin, il s'ébroua
    Mît les cartes sur tables
    Lui prude épouser le tapin...
    Unir la carpe et le lapin...

    De honte, il crût mourir
    Puis il serra les poings
    Rien ne sert ce courir
    Il faut choisir à point
     

Partager cette page